Intermédialités. Histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques - Ressentir les frontières No 34, Fall 2019

(French version below)

Guest editors: Michael Darroch, Karen Engle and Lee Rodney  (School of Creative Arts, University of Windsor)Abstracts of proposals (up to 700 words) in English or French should be sent by October 1, 2018 at mdarroch@uwindsor.ca.

Sensing Borders

This issue of Intermédialités proposes to revisit important shifts in cultural theory from the 1990s stemming from theoretical ideas around borders, liminality, and alterity expressed by a range of scholars from Homi Bhabha and Gayatri Spivak to Edward Said and Walter Mignolo. These theoretical paradigms were introduced in the context of fantasies and dreams of a post-1989 “borderless world,” which were circulating in the popular imagination. At the same moment, media philosopher Vilém Flusser's writings on technology, migration, and cities imagined an emergent planetary urbanism as a borderless social space that is networked, non-site-specific, dynamic, and dialogic; a planetary urbanism represented by new systems of thought grounded in topologies rather than geographies of urban space. In retrospect, the political climate of the 1990s seems to have been more open and tolerant than our current cultural moment. This issue is specifically geared to the affective register of borders across a range of spatial scales. Described in terms of sensing/ressentir, the issue draws inspiration from the work of scholars such as Sara Ahmed's The Cultural Politics of Emotion and Mignolo & Vàsquez's Decolonial AestheSis. We are interested in revisiting the theoretical insights of the 1990s as a moment that acts as a hinge between Cold War geopolitical relations and those emerging more recently. Sandro Mezzadra and Brett Neilson’s influential book, Border as Method (2013), argues that the proliferation of borders emerging in the post-1989 world was not a contradiction in terms, but rather a means of holding ideas of citizenship and sovereignty in crisis. Following from this important work, we would like to reconsider the limits and possibilities of border as metaphor in light of the shifting theoretical insights offered by the European border experiment (from the 1993 Schengen agreement to Brexit), the continual and/or resurgent instability of border spaces in authoritarian contexts and war zones (between Russia and its neighbouring nations, conflicts in the Middle East, Africa, and Asia including the Korean peninsula), as well as hemispheric perspectives from across the Americas (Braz, Mignolo, Miner). Beyond the official and legal boundaries that mark divides between Canada and the US, for instance, borders/boundaries can be thought of as encompassing historical divides, political shifts and ruptures, and racialized experiences of nation and space.
 
The “deep heterogeneity” of the semantic field of borders around the globe (Mezzadra & Neilson 2013: vii) has thus generated a range of approaches to symbolic, linguistic, cultural, and urban boundaries that overlap or disconnect in unpredictable ways. Arts collectives and creative collaborative networks have responded to the shifting and oversimplified discourses about transborder zones and cultures, exploring questions of belonging, movement, and displacement in and around national boundaries in global contexts. Over the last decade borderlands have become “sites of dissensus” that have been activated to question both the authority of the nation state and the exclusionary paradigms of Western aesthetics. This in turn has led to a radical and widespread reconsideration of geographic convention in art and visual culture (Rodney 2017).
 
In this issue of Intermédialités we invite contributions that extend and reflect upon the complex repositioning of the idea of the border through addressing any the following themes:

  • the affective register of borderlands
  • spatial/racial boundaries
  • decolonial and postcolonial perspectives on borders and borderlands
  • media and migration
  • technological infrastructures deployed across border spaces
  • regimes of control
  • urban and internal borders
  • private and public encounters with borderzones
  • detention and deportability
  • undocumented experiences of settledness and unsettledness
  • experimental geographies and emotional cartographies
  • cultural translation
  • subversions and responses to technologies of surveillance
  • temporal borders (the bleeding of the past into the present, historical disjuncture)

Intermédialités/Intermediality is a biannual, internationally renowned peer-reviewed journal. It publishes articles in both French and English. 
Abstracts of proposals (up to 700 words) in English or French should be sent by October 1, 2018 at mdarroch@uwindsor.ca. 
The Editorial board will announce its selection of abstracts on October 15, 2018 and papers should be completed by February 15, 2019. Final submissions will go through a double-blind peer review and the editorial board will reach a final decision during the winter of 2019. Selected papers will be published at the end of 2019. Submissions should be no longer than 6,000 words (40,000 characters, including spaces) and should be sent as email attachments to the issue editors. Authors are encouraged to use audio, visual, still, or animated illustrations when appropriate. 
Authors are asked to follow our author guidelines for submitted manuscripts, which are available at http://cri.histart.umontreal.ca/cri/fr/intermedialites/protocole-de-redaction.pdf

For more information on Intermédialités please visit the journal website at http://www.intermedialites.com. Issues of the journal are available through the on-line portal Erudit : http://www.erudit.org/revue/im/apropos.html

Appel à contributionsIntermédialités. Histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques
« Ressentir les frontières / Sensing Borders »
n° 34 (automne 2019)

Sous la direction de: Michael Darroch, Karen Engle, Lee Rodney  (School of Creative Arts, University of Windsor)

Date de soumission des propositions : 1er octobre 2018
Annonce des résultats de la sélection des propositions : 15 octobre 2018
Soumission des textes complets aux fins d’évaluation : 15 février 2019
Publication des textes retenus par le comité de rédaction : automne 2019

Les propositions devront être envoyées à la direction du numéro à l’adresse suivante : mdarroch@uwindsor.ca

Ressentir les frontières
Ce numéro d’Intermédialités propose de revisiter les changements qui, à partir des années 1990, ont émergé du domaine de la théorie de la culture autour des idées de frontières, de liminalité et d’altérité, telles qu’avancées notamment par les chercheurs Homi Bhabha, Edward Said et Walter Mignolo, et la chercheure Gayatri Spivak. Ces paradigmes théoriques ont partie liée avec le fantasme et les rêves d’un monde post-1989 qui serait sans frontières, présent dans l’imaginaire populaire à l’époque. Au même moment, la réflexion du philosophe des médias Vilém Flusser, portant sur la technologie, la migration et les villes, imagine un nouvel urbanisme planétaire, conçu comme un espace social sans frontières et se présentant comme un réseau dialogique et dynamique, indépendant des données propres au site; un urbanisme planétaire qui, en l’occurrence, est représenté par des nouveaux schèmes de pensée ancrés dans la topologie et non plus dans la géographie de l’espace urbain. De manière rétrospective, il semble que le climat politique des années 1990 ait été plus propice à l’ouverture et à la tolérance qu’en ce moment de notre actualité culturelle.

Ce numéro sera spécifiquement axé sur le registre affectif des frontières, en considérant l’éventail des différentes échelles spatiales. Misant sur le verbe sensing/ressentir, il s’inspire des travaux de chercheures et chercheurs comme Sara Ahmed (The Cultural Politics of Emotion) et Walter Mignolo et Rolando Vàsquez (Decolonial AestheSis). Il a pour visée de revisiter les mouvances théoriques ayant traversé les années 1990, en tant qu’elles forment une charnière entre les relations géopolitiques issues de la guerre froide et celles qui se sont développées plus récemment. Dans leur ouvrage influent Border as Method (2013), Sandro Mezzadra et Brett Neilson ont postulé que la prolifération des frontières dans le monde post-1989 n’était pas un paradoxe, mais plutôt une façon de maintenir nos référents de citoyenneté et de souveraineté dans un état de crise. Dans la foulée de cet important travail, nous souhaitons reconsidérer les limites et les possibilités de la frontière comme métaphore, et ce, à la lumière des déplacements théoriques auxquels ont donné lieu les récentes expériences frontalières européennes (de l’accord de Schengen de 1993 au Brexit), l’instabilité continuelle et résurgente des régions frontalières dans des contextes autoritaires et des zones de guerre (entre la Russie et ses nations voisines, les conflits au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie, incluant la péninsule coréenne), ou encore, les perspectives hémisphériques inhérentes aux Amériques (Braz, 2010; Mignolo, 2000; Miner, 2008). Au-delà des démarcations légales et officielles qui divisent, par exemple, le Canada et les États-Unis, les frontières/limites peuvent servir à circonscrire et à penser les séparations historiques, les changements et les ruptures politiques et les expériences racialisées de la nation et de l’espace.

La profonde hétérogénéité du champ sémantique des frontières autour du monde (voir Mezzadra et Neilson, 2013: vii) a, de fait, généré un foisonnement d’approches symboliques, linguistiques, culturelles et urbaines qui se chevauchent et se détachent les unes des autres de façon imprévisible. Les collectifs artistiques et les réseaux de collaboration créative ont réagi à ces changements et aux discours sursimplifiant les questions afférentes aux zones transfrontalières et aux cultures touchées, explorant les questions de l’appartenance, du mouvement et des déplacements dedans et autour des frontières nationales, saisis dans un contexte mondial. Au cours des dernières décennies, les régions frontalières sont ainsi devenues des lieux de dissensus, qui ont permis de remettre en question l’autorité de l’État-nation et les paradigmes d’exclusion de l’esthétique occidentale. En retour, cette réflexion a contribué à ce que l’on reconsidère de manière radicale les conventions géographiques en art et dans la culture visuelle (Rodney, 2017).

Ce numéro d’Intermédialités réunira des textes qui élargissent et réfléchissent le repositionnement de la notion de frontière, à travers les thèmes suivants :

  • Le registre affectif des zones frontalières
  • Les limites spatiales/raciales
  • Les perspectives décoloniales et postcoloniales sur les frontières et les régions frontalières
  • Les médias et la migration
  • Les infrastructures technologiques déployées à travers des espaces frontaliers
  • Les régimes de contrôle
  • Les frontières internes et urbaines
  • Les rencontres publiques et privées aux zones frontalières 
  • La détention et la déportabilité
  • Les expériences d’établissement et d’instabilité parmi les populations réfugiées, migrantes et sans-papiers
  • Les géographies expérimentales et les cartographies de l’émotion
  • La traduction culturelle 
  • Les réponses et les subversions liées aux technologies de surveillance
  • Les frontières temporelles (le transvasement du passé dans le présent, les disjonctions historiques)

Intermédialités est une revue scientifique semestrielle qui publie en français et en anglais des articles évalués de façon anonyme par les pairs.

Les propositions de contribution (700 mots maximum) pourront être écrites en anglais ou en français.
Elles devront être envoyées à la direction du numéro à l’adresse suivante : mdarroch@uwindsor.ca

Les résultats de la sélection des propositions seront annoncés le 15 octobre 2018 et les articles seront à remettre pour le 15 février 2019. Ils seront ensuite évalués anonymement par les pairs. Le comité de rédaction de la revue rendra sa décision finale de publication au courant de l’été. Les articles retenus seront publiés à l’automne 2019. 
Les articles définitifs devront avoisiner les 6000 mots (40 000 caractères, espaces comprises) et pourront comporter des illustrations (sonores, visuelles, fixes ou animées), dont l’auteur de l’article aura pris soin d’obtenir les droits de publication.

Il est demandé aux auteurs d’adopter les normes du protocole de rédaction de la revue disponible à l’adresse suivante : 
[FR] http://intermedialites.com/wp-content/uploads/2016/01/Protocole-de-rédaction-Intermedialites-mai-2017-FR.pdf 
[EN] http://intermedialites.com/wp-content/uploads/2016/01/Submission-Guidelines-2017-EN-May-2017.pdf

Pour de plus amples informations sur la revue, consultez son site Web : http://intermedialites.com

Bibliography
 

  • Ahmed, Sara, The Cultural Politics of Emotion, New York, Routledge, 2004.
  • Bhabha, Homi, The Location of Culture. New York, Routledge, 1994.
  • Braz, Albert, “Outer America: Racial Hybridity and Canada’s Peripheral Place in Inter-American Discourse,” in Winfried Siemerling and Sarah Phillips Casteel (eds), Canada and its Americas: Transnational Navigations,  Montreal and Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2010, p. 119-134.
  • Flusser, Vilém, Freedom of the Migrant, transl. by Kenneth Kronenberg, Anke Finger (ed.), Urbana, University of Illinois Press, 2003.
  • Flusser, Vilém, Ende der Geschichte, Ende der Stadt?, Vienna, Picus, 1992.
  • Mazzadra, Sandro and Brett Neilson, Border as Method, or the multiplication of labor, Durham, NC, Duke UP, 2013.
  • Mignolo, Walter, Local Histories/Global Designs: Coloniality, Subaltern Knowledges and Border Thinking, Princeton, Princeton University Press, 2000.
  • Mignolo, Walter and Vàzquez, Rolando, “Decolonial AestheSis: Colonial Wounds/Decolonial Healings,” Social Text, July 2013.
  • Miner, Dylan, “Straddling La Otra Frontera: Inserting MiChicana/o Visual Culture into Chicana/o Art History,” Aztlán: A Journal of Chicano Studies,  2008, n° 1, p. 89-122.
  • Nold, Christian. Emotional Cartography: Technologies of the Self, http://www.emotionalcartography.net, 2009.
  • Rodney, Lee, Looking Beyond Borderlines: North America’s Frontier Imagination, New York, Routledge, 2017.
  • Said, Edward, Culture and Imperialism, New York, Knopf, Chicago, 1994.
  • Said, Edward, Orientalism, New York, Vintage Books, 1979.
  • Spivak, Gayatri, The Spivak Reader: Selected Works of Gayatri Chakravorty Spivak, New York, Routledge, 1995.